Notice: La fonction wpdb::prepare a été appelée de façon incorrecte. L’argument de requête wpdb::prepare() doit avoir un paramètre fictif. Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 3.9.0.) in /home/u112853907/domains/timsmagazine.fr/public_html/wp-includes/functions.php on line 6031
Les Lions ne meurent jamais ! - TIM's Magazine

Les Lions ne meurent jamais !

Les Lions ne  meurent jamais !

© FB/YannickBorelOfficiel

À l’exception de Sarah-Léonie CYSIQUE et Teddy RINER, respectivement Vice-Championne Olympique en -57kg et Médaillé de bronze en +100kg, ces Jeux auront été compliqué pour nos représentants. Entre blessures et contre-performances, il faudra digérer la déception, se soigner pour certains et se relancer avec Paris 2024 en ligne de mire. Retour sur ces déceptions qui, espérons le, serviront de fondation.

Les lions ne meurent jamais !

Les escrimeurs trop vite sortis de piste

L’escrime est traditionnellement un gros pourvoyeur de médailles aux Jeux Olympiques. À Tokyo, il y eu des médailles bien-sûr (cinq dont deux en or) mais il y a comme un air de frustration à l’heure du bilan.
Côté guadeloupéen, Yannick BOREL et Ysaora THIBUS, légitimement favoris au podium individuel, sont passés à côté de leur tournoi olympique. Ysaora THIBUS s’est rattrapé à l’argent olympique dans le tournoi par équipes quand Yannick BOREL a vu sa déception se doubler lors de la défaite en quart de finale du tournoi par équipes. Sur les réseaux sociaux, l’épéiste a concédé vivre « un moment difficile de sa carrière » avant de mettre en avant « sa fierté d’avoir pu de nouveau représenter la France et la Guadeloupe aux Jeux Olympiques ». Précisant qu’il n’est « pas du genre à abandonner », Yannnick BOREL indique qu’il va se remettre au travail… « le regard rivé sur Paris 2024 » !
Coraline VITALIS et Anita BLAZE qui auraient pu créer la surprise en accrochant un podium ont elles aussi manqué leur cible en sortant prématurément de leur tournoi individuel. L’équipe féminine d’épée n’étant pas qualifiée aux Jeux, Coraline VITALIS n’a pas eu l’occasion de se rattraper en équipe comme Anita BLAZE, membre de l’équipe Vice-Championne Olympique au fleuret.
Enzo LEFORT, quant à lui, termine 5e du tournoi individuel avant de décrocher l’or olympique en équipe.
Après des vacances bien méritées, nul doute que tous ont déjà hâte d’être à Paris pour remettre les pendules à l’heure et poursuivre leur rêve olympique devant leur public.

© Iconsport

Les athlètes entre blessures et frustration

L’athlétisme français repart de Tokyo avec une seule médaille et des questions en pagaille à maintenant trois ans de « nos » Jeux.


Dans la Team Guadeloupe, la grosse déception vient du 110m haies où Wilhem BELOCIAN cède sur blessure dès les séries… tellement cruel après la saison qu’il a réalisé cette année. Evidemment déçu de passer une seconde fois à côté des Jeux, il annonce clairement la suite : « Une chose est sûre, je vais me relever et retourner au travail et continuer de me battre. Le lion n’est pas mort ! »


Sélectionnée pour le 4x400m féminin, Diana ISCAYE a elle aussi été stoppée dans son rêve olympique suite à une blessure. La jeune guadeloupéenne prévient déjà : « je reviendrai plus forte comme je sais si bien le faire ».


Yanis DAVID, pour ses premiers jeux, n’a malheureusement pas atteint la finale. Son bond à 6m27 n’aura pas suffit à poursuivre l’aventure.
Rénelle LAMOTE, enfin, repart de Tokyo entre déception et frustration. Après avoir remporté facilement sa série du 800m, elle cale en demi-finale avec une 5e place. Pourtant en grande forme et affûtée, Rénelle est lucide et annonce clairement un temps « pour accepter, digérer et repartir sur un nouveau cycle ». La Championne de France de la spécialité arrivera –souhaitons lui – à maturité pour Paris 2024 : « Je crois encore en mes rêves alors on continue et on partagera cette joie ensemble.

Monfils toujours à la recherche de l’étincelle

Sur les courts du parc de tennis d’ARIAKE, le tournoi olympique ne restera pas dans les annales du tennis mondial. Dans un contexte sanitaire pesant, les joueurs ont disputé ce tournoi sous une chaleur étouffante et les français ont fait chou blanc. Gaël MONFILS est sorti rapidement du tournoi individuel, éliminé au premier tour en trois sets par le biélorusse IVASHKA. Son aventure en double avec Jérémy CHARDY n’aura guère été plus enthousiasmante avec une défaite au deuxième tour. Toujours en recherche d’un déclic pour inverser la tendance, Gaël MONFILS reste le français le mieux classé à l’ATP et trouvera, n’en doutons pas, les ressources nécessaires pour retrouver son meilleur niveau.

En BMX, nous espérions des médailles avec nos deux représentantes en racing. Désillusion pour Manon VALENTINO qui n’accède pas à la finale. Axelle ETIENNE s’offre une 7e place et se dit « très fière de son parcours ! ».
En Tennis de table, les bleus et Alexandre CASSIN s’inclinent en quart de finale face à la Chine mais le guadeloupéen annonce déjà la couleur sur ses réseaux : « on va s’entraîner encore plus dur ».

Le sport de très haut-niveau est ainsi fait et réserve son lot de surprises et sa part de désillusions, parfois de la pire des façons. Malgré tout, n’oublions pas que tous ces champions se caractérisent aussi par une force de caractère et une détermination absolue. Apportons leur le soutien et le respect qu’ils méritent en attendant des jours meilleurs. Ils vont digérer, se relever et repartir à l’assaut de leur rêve olympique… les lions ne meurent jamais !

Share This