Notice: La fonction wpdb::prepare a été appelée de façon incorrecte. L’argument de requête wpdb::prepare() doit avoir un paramètre fictif. Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 3.9.0.) in /home/u112853907/domains/timsmagazine.fr/public_html/wp-includes/functions.php on line 6031
Léonice HUET - TIM's Magazine

Léonice HUET

Léonice HUET
De passage en Guadeloupe pour des vacances bien méritées et avant de reprendre l’année 2023 pleine d’ambitions, Léonice Huet s’est confiée à Tim’s Magazine.
Le badminton c’est sa vie. Classée aux alentours de la cinquantième place mondiale, Léonice veut grimper dans la hiérarchie mondiale. Dans sa ligne de mire, l’objectif même de sa vie, ce sont les Jeux Olympiques de Paris où elle ne veut rien faire d’autre que briller. Et sans doute décrocher une médaille. Cinq à six heures d’entraînement rythment son quotidien. Un sacrifie nécessaire pour réaliser son rêve. « J’ai commencé le sport par du volley, mais je détestais perdre et j’avais un caractère déjà bien trempé pour mon jeune âge. Il manquait une fille dans l’équipe et une nouvelle joueuse est arrivée dans le groupe. Mais elle ne me convenait pas ; j’ai dit au coach que si on la gardait, je partais car on commençait à perdre nos matches ». Puis, Léonice poursuit par de l’équitation. « J’avais des chevaux chez moi, donc après le volley, j’ai fait de l’équitation. Et un jour, ma meilleure amie m’a demandé de venir tester le badminton et depuis, je ne me suis pas arrêtée ».Une nouvelle vie commence alors pour la jeune Léonice, qui a dix ans à l’époque. Et elle obtient rapidement des résultats dans cette discipline. « Toute ma famille s’est mise au badminton. Pour ma part, je ne pouvais pas me contenter d’entraînements et je voulais faire des compétitions. Les résultats sont vite arrivés et quand je perdais, ce n’était pas très beau à voir. C’étaient des colères pures, je ne savais pas gérer mes émotions et je ne pouvais supporter personne dans l’équipe ».
Les années passent et elle se fait un nom dans la planète « Bad ». Jusqu’à obtenir le titre de vice-championne olympique (de la jeunesse), en Argentine. « C’était une magnifique expérience, que ce soit pour le voyage au bout du monde, de se battre durant une semaine pour ce résultat. Ce n’est pas le titre le plus marquant car j’étais seule, mais aux championnats d’Europe par équipe, ou l’on fait le doublé, c’était vraiment très fort. Il y a aussi les championnats de France seniors de 2018 alors que je n’avais encore que 17 ans. C’est ma première victoire française car je n’avais jamais été championne en France en jeunes ou juniors ».
Léonice HUET, une championne de badminton pleine d’ambition
  • Championne de France senior en simple et en double en 2018
  • Championne d’Europe par équipe en 2017 et 2018
  • Vice-championne Olympique de la jeunesse à Buenos Aires (2018)
  • Championne de France junior 2018
  • Nombreux titres chez les jeunes.

Objectif Paris 2024

Maintenant, elle vise plus loin. Depuis 2018 elle attend un nouveau titre. « Il me manque peut-être de la confiance en moi. Je vois le chemin qu’il me reste à faire pour atteindre le top 30. C’est un objectif réalisable jusqu’aux JO de 2024. Il faut beaucoup de préparation mentale. » Deuxième française dans le classement mondial, elle sait que pour conquérir les JO, ce ne sera pas une mince affaire. « C’est l’apothéose. On se lève tous les matins, on s’entraîne deux fois par jour pour cela. Cela fait une décennie que je fais du Bad pour réaliser ce rêve-là. Chaque volant
vaudra de l’or ce jour-là. Ensuite il y aura les JO de 2028. Et entretemps, les championnats de France que je voudrais gagner de nouveau, ou les championnats d’Europe. Mais les JO, c’est l’évènement sportif de référence. Je pense être sur le bon chemin. Pour obtenir une médaille, ça va être très difficile. Mais j’y crois ». C’est bien tout le mal qu’on lui souhaite

————————————– William Joas

Share This