Notice: La fonction wpdb::prepare a été appelée de façon incorrecte. L’argument de requête wpdb::prepare() doit avoir un paramètre fictif. Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 3.9.0.) in /home/u112853907/domains/timsmagazine.fr/public_html/wp-includes/functions.php on line 6031
Jacques LAJUNCOMME : « De grands projets, y compris pour le surf handisport » - TIM's Magazine

Jacques LAJUNCOMME : « De grands projets, y compris pour le surf handisport »

Jacques LAJUNCOMME : « De grands projets, y compris pour le surf handisport »
Le président de la Fédération française de surf vient d’effectuer une visite en Guadeloupe. Ce fut l’occasion pour la rédaction de TIM’s Magazine d’évoquer avec lui les raisons de sa visite et les projets pour le surf guadeloupéen.
Jacques Lajuncomme : Le premier but de mon passage est de rendre visite à une ligue très dynamique, qui apporte beaucoup au pôle France. Depuis mon élection, je n’étais pas venu et cela m’a paru nécessaire de rendre visite à cette belle ligue. Et dans les dispositifs prévus par la fédération, il y a un système de labélisation. Nous remettons à la ville de Le Moule le label « Ville de surf ». C’est la première ville d’Outre-mer à le recevoir. Le Moule entre dans un grand collectif de villes labélisées comme Hossegor, Biarritz, les sables d’Olonne, etc…
TIM’s Magazine : Qu’est ce qui a permis au Moule de décrocher ce label ?
J. L. : Sa tradition de grandes compétitions ; le fait que le Moule voue un appui considérable à la ligue et aux clubs de Guadeloupe. Il y a aussi un projet orchestré par la ville pour la rénovation d’un immeuble face au spot. Le Moule aide au développement du surf. Il y a, si l’on peut dire, la photographie du passé et l’engagement du futur. Un élément aussi très important, c’est que le surf n’est pas qu’hexagonal, il est aussi d’Outre-mer. Des candidatures de la Réunion devraient arriver à la fédération, mais signal très fort, le Moule est la première ville d’Outre-mer à recevoir ce label. Le surf n’est pas juste à Hossegor, en Corse ou en Bretagne. C’est aussi en Outre-mer, avec la richesse sportive qu’offre la Guadeloupe.
T. M. : A un an des Jeux de Paris, vous avez certainement un regard appuyé sur les surfeurs qui pourraient représenter la France…
J. L. : C’est le travail de la direction technique. Elle était ici il y a quelques jours avec le pôle des U16 pour observer les talents. On a Gassien Delahaye et d’autres (je ne suis pas très fort sur la mémoire des noms). On sait qu’il y a des compétiteurs potentiels pour les JO, que ce soit en 2024, ou en 2028. Car on a déjà le regard tourné vers 2028.

Jacques Lajuncomme
Président de la Fédération française de surf

T. M. : Quel sont vos objectifs pour le surf ?
J. L. : Il y a des objectifs sportifs bien entendu et des objectifs sociétaux. Sur le plan sportif, je souhaite évidemment le meilleur pour la France et les équipes de France. Cela demande un gros travail de structuration et des centres d’entraînements ; un travail autour des pôles, de l’encadrement et des jeunes. On a un rang à tenir, puisque l’on a des titres de champions du monde à défendre, même en stand up paddle. J’aimerais qu’on rétablisse plus d’équilibre entre les disciplines. Le shortboard qui est discipline olympique prend beaucoup de place. On veut s’investir plus sur d’autres disciplines comme le longboard ou le parasurf. Côté sociétal, nous luttons contre les discriminations et pour l’inclusion des para surfeurs ou des personnes éloignées de la discipline pour des raisons financières. On veut amener des jeunes à découvrir le surf, le surf santé et le surf handisport. Le surf est vraiment une discipline accessible au handisport. Et c’est vraiment un des combats que nous voulons mener dans les années à venir. La fédération se penche sur les moyens structurels pour aider les personnes souffrant de handicap à pratiquer le surf.
————————————– Entretien William Joas
Share This